•  
  •  
Microbrasserie Artisanale.
Bières des Écureuils de la Glâne.
Brassées en Glâne dans le Pays de Fribourg.
​​
image-7556049-DSC01883.w640.JPG
Deuxième édition du guide des Brasseries et Bières Artisanales de Suisse Romande.
image-7556361-DSC01875.w640.JPG
Vous nous trouverez à la page 76 parmi plus de 170 brasseries dans cette magnifique édition.
En hommage aux Patoisants de la Glâne, à Fribourg ...
Romont, le 15 février 1963.



Lè Yèrdzà

No Ion dyin ach-bin lè-j'Etyinru. N'in da din nà è din rochè. Lè tyin chon lè plye bî ? A vouthron go. Lé po fan dè vo kontrinlyi chu chan, lé bin tru a fére avouin mè Yèrdzà d'Ia Yanna à mè-j'Etyinru dè Remon.

M'èchplikou.
Lè Yèrdzà, lè lou non ke chè chon balyi lè patèjan d'Ia Yanna. On galé non, pâ veré, ke nè pâ mé kouètsou tyè gruvèrin ou brâyâ. Dinche, va bin por tî ; fâ pâ dè dzalâ.

Va djuchtaman bin po la Yanna, on piti payi, intrè la Grevîre d'onna pâ, la Brouye dè l'ôtra, è ke chè partadzè in trè : la Hôta-Yanna, dè la pâ don Dzîblyà è don Tsathèlà, ke chan lou lathî ; la Bâcha-Yanna, ke vouàtè la Brouye, pè Torni è Promajin, ke chan lou taba ; è la kotse dè Romon, on mintan, on bokounè kouètse, dathe, ke fâ lou pon intrè lè dou-j'ôtrou mochi.

Inke don la Yanna, ke châ pâ tru, din kou, che lin fô dèvejâ la lanvoua d'amon ou bin lou dzèrgon d'avô, è ke fâ adon on bokon dè mèhlyou.

Lè bin pochan ke lè patèjan d'Ia Yanna lan prin lou non dè Yèrdzà, ha galéja bîthe k'la on tsafinru a la kuva, on moua dè ra, din mouch'tatsè d'ofihyî, din-j'orolyè in plyumè ; ha bîthe on bon bokon ôji, ke fâ chnon brî chu lè-j'âbrou, po chè piti ; onna bîthe keman n'in da poû, è ke châ ke lè-j'amande chon mèlya on ketsè don chapin.

Lè bin po chan ke lè-j'Etyinru dè Remon, gorman, chè chon aguelyî chu n'a bugne, por avin don bou-n'è, è kouria, lan grapîlyî chu lè tsânou dè Mora, po agothâ lè-j'alyan d'Ia plyanna.

Lè kroulyè lanvouè dyon ke l'an-j'on pouàre din Fribordzà è din Bèrnà. Lè pâ veré. L'in ya grantin k'îran dza din- j'Etyinru, è ke verîvan la ruva don tsathî.

Lè kourîa keman lè kroulyèrâ lan granta kuva. Chan mè fâ mimaman don pochin de vare ke lè-j'Aleman dè pèr dé nin pouon tan débyotâ chu lè-j'Etyinru dè Remon.

Cheran-the dzalà don bî tsafinru dè nouthrè Yèrdzà ? Dyu châ !

Luvi don Vèrné.
(Patois de la Glâne.)


Les Ecureuils

Nous les appelons aussi Lè-J'Etyinru. Il y en a des noirs et des rouges. Les quels sont les plus beaux ? A votre goût. Je n'ai pas envie de vous chercher querelle sur ce chapitre, car j'ai bien assez à faire avec mes Yèrdzà (écureuils) de la Glâne et des Etyinru (écureuils) de Romont.

Je vais m'expliquer.
Lè Yèrdzà (les Ecureuils), c'est le nom que se sont donné les patoisants de la Glâne. Un joli nom, n'est-ce pas, qui n'est pas plus kouètsou que gruérien ou broyard. Ainsi, tout va bien ; il n'y a pas de jaloux.

Il va précisément bien pour la Glâne, un petit pays entre la Gruyère, d'une part, la Broye de l'autre, et qui se partage en trois : la Haute-Glâne, du côté du Gibloux et du Châtelard, et qui sent le lait ; la Basse-Glâne, qui regarde la Broye, par Torny et Promasens, qui sent le tabac, et la Région de Romont, au milieu, un peu douce, qui fait le pont entre les deux autres régions.

Voilà donc la Glâne, qui ne sait trop, parfois, si elle doit parler la langue d'en-haut ou celle d'en-bas, et qui fait alors un certain mélange.

C'est précisément pour cette raison que les patoisants de la Glâne ont pris le nom de Yèrdzà (Ecureuils), cette jolie bête qui a un feu d'artifice à la queue, un museau de rat, une moustache d'officier, un plumet aux oreilles ; cette bête un peu oiseau, qui fait son nid sur les arbres, pour ses petits ; une bête comme il s'en rencontre peu et qui sait que les amandes sont meilleures au sommet du sapin.

C’est aussi pour cela que les Etyinru (Ecureuils) de Romont, gourmands, se sont juchés sur une colline, pour avoir du bon air, et, curieux, ont grimpé sur les chênes de Morat, pour goûter les glands de la plaine.

Les mauvaises langues disent que c'est par peur des Fribourgeois et des Bernois. Ce n'est pas vrai. Il y a longtemps qu'ils étaient déjà des écureuils et qu'ils tournaient la roue du château.

C'est curieux comme les méchancetés ont longue vie (longue queue). Cela me fait même du souci de voir que les Allemands de là-bas peuvent tant déblatérer contre les Ecureuils de Romont.

Seraient-ils jaloux du beau feu d'artifice de nos Ecureuils ? Dieu sait !

Louis Page.